1 Rue Abbé de l'Épée, 13090 Aix-en-Provence
06 18 87 11 31

ÉVALUATION THERMIQUE & ÉNERGÉTIQUE

Un état des lieux est nécessaire avant toute intervention afin de définir la meilleure stratégie de rénovation possible.

Selon le mode constructif, le niveau d’isolation, les matériaux utilisés ainsi que ses équipements de production énergétique, il sera nécessaire de prioriser les actions à mener en fonction du niveau de performance à atteindre.

Pour rappel, les différentes réglementations thermiques successives (1974, 1981, 1988, 2000, 2005 puis 2012) ont pris en compte l’isolation et la performance des menuiseries extérieures, les apports gratuits et la ventilation, le chauffage et la production d’ECS, l’éclairage, la climatisation.
Actuellement la RT2012 fait l’objet d’obligation de résultat à atteindre pour l’ensemble des bâtiments neufs et impose un résultat de 50Kwh/m2.an (80 en rénovation) à pondérer en fonction de la zone climatique du site et de son altitude.
Son périmètre étant le bâtiment seul.

Les indicateurs règlementaires RT2012 sont :
Le Bbio (Besoin bioclimatique) indicateur de performance de l’enveloppe en lien avec les apports solaires gratuits, l’isolation thermique des parois opaques, l’orientation du bâti, l’inertie, les protections solaires.
Le Cep (Consommation d’Energie Primaire) indicateur de performance du bâti comprenant les équipements liés aux 5 usages (chauffage, ventilation, éclairage, production ECS et climatisation).
La Tic (Température Intérieure de Confort) qui permet d’estimer le confort thermique lors des périodes estivales (5 journées chaudes consécutives).

D’autres niveaux de performances existent et anticipent les prochaines règlementations et peuvent ou non, être validés par des organismes certificateurs indépendants en vue d’obtenir les labels : HQE (Haute Qualité Environnementale), PASSIF (enerphit, base, plus, premium…), BEPOS (Bâtiment à Energie Positive), E+C- (Energie+, Carbone-) prémisses de la RT2020.

La mise en œuvre de techniques tirant le meilleur parti de l’environnement et de l’habitat peut être source d’économies et de bien-être.

5 grands principes :

– implantation et orientation du bâtiment :
Récupération des apports solaires passifs et protection contre les surchauffes.

– compacité du bâtiment :
Habitat groupé, mitoyen, limitation des surfaces en contact avec l’extérieur.

– implantation ou redéfinition des espaces intérieurs :
Espaces tampons au nord (garage, cellier, sdb), pièces de vie au sud.

– matériaux utilisés dans l’habitat :
Effusivité, diffusivité, inertie des matériaux.

– confort d’été :
Limitation et protection des vitrages (surtout ouest), forte isolation et ventilation de la toiture, végétalisation des abords extérieurs, sur-ventilation nocturne, puits provençal, limitation des apports internes (éclairage, appareils en veille).

Sous nos latitudes, l’utilisation d’isolants en fonction de leur conductivité et capacité thermique sera prépondérante pour un résultat satisfaisant.

Les épaisseurs minimales requises pour l’été et pour l’hiver sont très différentes (études menées en Allemagne).

Pour exemple, une laine minérale de masse volumique de 18kg/m3 et de conductivité de 0,04W/m.K nécessitera une épaisseur minimale de 17,3cm en hiver mais de 81,5cm en été.

A l’opposé, la ouate de cellulose de moyenne densité (55kg/m3, 0,04W/m.K) nécessitera 19,5cm en hiver, 27,1cm en été.
Sauf cas particulier, la toiture est la principale cause de surchauffe et de déperdition d’un bâtiment, une forte isolation de celle-ci s’impose donc mais aussi une bonne ventilation des espaces  » tampons  » et des sous-face de tuiles (tuiles chatières, closoirs ventilés, lames d’air) ainsi qu’une protection contre les vents dominants.

Isolation thermique de combles perdus en ouate de cellulose soufflée.
Sur-ventilation de toiture par grille zinc lors de la pose de modules photovoltaïques.
Reprise de faîtage et pose de closoirs ventilés.
Reprise de faîtage et pose de closoirs ventilés.
Pour toute question
ou demande de devis